Header Ads

Pas de révolution numérique au Congo sans la participation de l’Etat. Entrevue avec Diana Pholo.

Diana Pholo est ingénieure en informatique spécialisée en Systèmes Tuteurs Intelligents (Inteligent Tutoring Systems) qui sont des environnements d’apprentissage informatisés qui visent à personnaliser la formation. Elle s’est formée à l’Université Technologique Tswane (TUT) en Afrique du Sud et  a poursuivi en même temps un master en électronique à l’ESSIE.
Actuellement, elle donne cours à TUT dans le département de Computer Systems Engineering  et est maman de la plus belle petite fille du monde.

Diana Pholo

Je vous transmets le contenu de notre échange.
Tu penses réellement que les informaticiens ont le potentiel de changer le Congo?
Oui parce que les nouvelles technologies peuvent conduire à un essor économique et social. Dans le domaine de l'éducation par exemple, les technologies de l'information et la communication ont apporté de grandes transformations: une réduction en coûts et en temps. Par exemple, les professeurs peuvent mettre à disposition leurs notes de cours en ligne qui deviennent ainsi disponibles 24 heures sur 24.

L'exemple que tu donnes n'est pas encore une pratique habituelle au Congo. Quels seraient les prérequis pour que les TIC soient réellement des outils de développement?
Le plus grand prérequis pour que les informaticiens apportent un réel changement est la participation des autorités. Elles devraient se rendre compte que les TIC sont incontournables pour atteindre le développement.
Un autre prérequis est un changement de mentalité au niveau des utilisateurs qui devraient se rendre compte de tous les bénéfices que peut apporter la technologie.

Parlons du métier d'informaticien. Tout le monde peut-il devenir informaticien?
Non, il faut une certaine passion et de la volonté. Les métiers d'informaticien demandent beaucoup de temps, de travail et de sacrifice. Il faut être passionné.
Mais c'est aussi vrai que l'on peut être informaticien à différents niveaux. Il existe plusieurs variantes. Par exemple, le métier de programmeur nécessite un grand niveau de logique. Tandis que celui de pen-testeur (celui  qui fait des tests d’intrusion dans un système) exige, en plus des compétences techniques,  une grande capacité de communication écrite et orale pour transmettre efficacement ses résultats et conseils en entreprise.
Chacun selon ses capacités peut choisir un domaine ou un autre.

Quels métiers en informatique seraient à fomenter au Congo?
Il y a un domaine qui n'est pas du tout considéré dans notre pays et c'est celui de la recherche. L'investigation permettrait de détecter les besoins existant au Congo et proposer des pistes de solution. La recherche devrait être encouragée.

A quoi se dédie un chercheur?
Un chercheur aide à répondre à ce genre de questions: De quoi ont besoin les hôpitaux du Congo en matière de TIC? Quelle stratégie nationale devrait être appliquée pour avoir une place dans l’économie numérique africaine? Quel est l'état des lieux de l’informatique au Congo? Comment améliorer l'éducation grâce aux TIC? etc.

Je vois... mais de quoi vivra ce chercheur? Il vendrait le résultat de ses recherches?
On revient à ce que je disais au début de l'interview. Les autorités du pays devraient intervenir pour encourager la recherche dans les universités en donnant des subventions aux chercheurs. Les universités peuvent chercher aussi des partenaires. Des grandes entreprises comme IBM ont des programmes de partenariat avec des universités. Ce sont autant d’opportunités à saisir.

Question: Quels sont les pays africains qui connaissent un développement grâce aux TIC?
Le Kenya est un bon exemple de stratégie nationale en faveur des TIC. Et les résultats sont là: des innovations comme le M-Pesa, une forte pénétration d’Internet, une génération de personnes compétentes dans les métiers de l’informatique, etc.

Merci beaucoup!
Je t'en prie!


Le Congo bénéficierait d'un grand progrès grâce aux TIC. Par où commencer la révolution numérique dans notre pays? Comment convaincre les politiques à s'impliquer? Merci de nous partager votre opinion.
Fourni par Blogger.